La roue tourne 2/3

Le temps passe et je deviens une jeune fille de plus en plus malheureuse. Je souhaite profondément ,qu’un jour, on me découvre une très grave maladie simplement pour que mon papa et ma maman fassent attention à moi.

accompagner un proche

Je suis en dépression.
Ni papa, ni maman n’est présent pour moi.
Je ne savais pas, à ce moment là, que je partais pour 10 ans ! 

Le long de toutes ces années, je n’ai cessé d’écrire. Alors oui, j’écrivais que je voulais mourir tant je souffrais, alors oui, j’ai maudis la terre entière dans mes textes mais j’ai surtout fais mon auto-analyse. J’avais envie de comprendre pourquoi, comment et dans quelle mesure je ressentais cette souffrance à l’intérieur de moi.

– A l’hôpital, une infirmière m’a dit que ce n’était pas psychologique mais bien physique, une histoire d’hormones mal dosées, je n’y crois pas mais c’est pour cela qu’on nous shootait avec des médicaments!

– Pour mon père, africain, la dépression n’existe pas j’ai subis ses moqueries, son ignorance et il continuait de me rabaisser comme il l’avait toujours fait.

– Pour ma mère, née en 49, la dépression n’existe pas non plus, ce sont des foutaises. « Tu vas bosser, tu la ferme et tu arrêtes de te poser des questions »

woman-1838149__340

– Pour moi, il s’agissait de prolonger les journées pour ne pas aller dormir, prendre des médicaments simplement pour pouvoir dormir, pleurer, ne plus me lever. Vouloir sortir avec mes amis mais ne pas accepter leurs invitations, leur en vouloir de me laisser seule ou m’y rendre en pleur avec la seule envie de mourir et leur faire ressentir ma souffrance.

C’était vraiment injuste de souffrir quand les autres ne souffrent pas.

Les amis se font rares, je ne leur en veux pas, je ne leur en veux plus… Une seule, nous l’appellerons M. à sut me dire « écoute, on arrête là, je ne peux plus, j’ai peur de sombrer avec toi » Je vivais là, ma première rupture amicale.  J’étais encore plus seule.

Après le manque d’amour, ce vide profond en moi, je découvre la solitude. Cette solitude pesante ou je ne supporte pas ma propre présence, je ne m’aime pas, je me déteste, je me hais. Que de colère !!

Et puis la vie étant, j’ai rencontré quelqu’un avec qui j’ai partagé 8 ans de cette sombre vie. Comment envisager une vie de couple quand on ne sait pas ce qu’est l’amour ? quand on est incapable de le ressentir et incapable d’en donner. Chaque manifestations d’amour étaient pour moi une torture. L’amour était devenu pour moi une cicatrice, une blessure à cœur ouvert. Qui conque avait le malheur de s’en approcher ou d’y toucher avait le droit à mes foudres.

La Suite – La Suite – La Suite – La Suite – La Suite – La Suite – La Suite – La Suite – La Suite – La Suite

1 réflexion sur « La roue tourne 2/3 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close